AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




PROFILMessages : 1
Date d'inscription : 02/07/2014
Localisation : Londres
RPG

MessageSujet: Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.   Lun 7 Juil - 1:52




Masahiro
• Saitô •


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Me • Myself • I



Je me nomme Masahiro Saitô âgé de 22 ans.

Je suis né le 12 Novembre 1987 dans l'arrondissement de Setagaya à Tokyo.

Je suis Majordome et je suis dans la classe des Majordomes.

♬ Surnom : Aucun et il n'aime pas qu'on lui en donne.
♬ Particularité :Il a toujours un paquet de clope dans la poche et un regard absent.



•Tell me a story•


• Citation •





Chapitre I ♣️ La Faim



Le silence régnait dans la rue, la nuit l'enveloppait comme un doux manteau, mais il restait toujours les lumières. Les touristes les adoraient, tous ces bâtiments, toutes ces boutiques, bruyantes et pleines de lumière. Pour Masahiro, elles étaient un peu comme ces moustiques qui tournent autour de votre oreiller et vous empêche de trouver le sommeil. A cela près qu'il n'y avait pas d'oreiller dans le froid de la rue. Seulement des vieilles couvertures et de la nourriture instantanée pour les meilleurs jours. Mais les lumières étaient encore plus difficiles à supporter quand on avait le ventre vide. Et c'était son cas ce soir-là. Et les gargouillements douloureux de celui-ci l'empêchaient de rêver un peu d'une vie meilleure. Se rendant à l'évidence; il ne trouverait pas la paix cette nuit, il décida de sortir faire un peu la manche. Avec un peu de chance il tomberait sur un touriste tardif au cœur généreux. Il n'y croyait qu'à moitié, mais après tout, qu'est-ce qu'essayer pourrait bien lui coûter? A lui qui ne possédait rien?

Il marcha un moment, lentement, puis trouva un endroit tranquille près d'un karaoké encore ouvert. Il s'y posa puis hésita et laissa tomber sa couverture. Il était plus facile d'attirer la pitié quand on avait froid. Les heures passèrent et il ne reçut pas plus de cent Yens. Même pas de quoi se payer une boisson. Son regard terne fixa le vide. Allait-il passer sa vie comme ça? Allait-il mourir un jour comme ça. Au milieu de tous, mais si loin d'eux...

Au moment où il se faisait cette réflexion, un jeune homme arriva et se laisser glisser contre le mur pour s'asseoir juste à côté de lui. Masahiro l'observa, il fixait le vide, le regard plein d'un mélange de colère et de désarroi. Il était bien habillé, mais ses vêtements étaient déchirés. Il était aussi jeune que lui et trempé par la pluie. Une voix lui hurlait des insultes depuis l'intérieur de la boutique. Mais le jeune garçon ne prêta pas attention à tout cela, la seule chose qu'il voyait était le sandwich à peine entamé dans sa main....Si bien qu'il entendit à peine ce que le garçon lui disait.

"Tu bosses ici? Tu peux te moquer de moi toi aussi. De toute façon il parait que je suis là pour ça ... Tu dois surement penser que je suis un petit con de bourge ingrat. Je ne suis pas mon père merde! J'y suis pour rien si toutes ces boutiques ferment! Arrêtez de me voir comme son toutou! ...Eh! Tu m'écoutes?!"

Il lui fallut plusieurs minutes et un coup dans l'épaule pour se rendre compte qu'on s'adressait à lui. Finalement, il releva les yeux et pencha la tête sans comprendre, avant que son ventre n'émette un long gargouillis. Le garçon en face de lui regarda son ventre, puis le détailla du regard et regarda enfin la petite pancarte à ses pieds, puis plaqua une main sur sa bouche avec un air vraiment embarrassé.

"Oh...oh je suis désolé! Je ne pensais pas que...En fait je suis vraiment un petit con. Tiens prend ça!"

Lorsqu'il lui tendit son sandwich encore frais, il se demanda s'il n'était pas en train de rêver. Mais même en rêve, l'occasion était beaucoup trop belle pour qu'il la laisse lui filer entre les doigts. Saisissant fébrilement celui-ci il s'inclina profondément et le remercia d'une voix un peu éraillée par la crève qu'il se coltinait toujours durant l'hiver, avant de baisser la tête pour ne pas paraître trop grossier. Puis il se jeta sur son repas comme une Hyène sur une vieille carcasse.

Son bienfaiteur le regarda avec un air gêné et curieux et attendit qu'il finisse, de se pourlécher les doigts avec avidité avant de reprendre la parole.

"C...Comment ça se fait que tu...tu es...enfin que.."

"Que j'suis à la rue?"

"Euh...ouais."

"Comme tout l' monde dans le quartier."

"T..tu veux dire...depuis le rachat des résidences?...Alors toi aussi..."

Le garçon détourna le regard tristement.

"Et tes parents?"

"Partis."

"Morts?"

"Non partis."

Le silence se réinstalla. Au milieu des cris et des bruits de la rue. Un silence oppressant. Mais il avait le ventre plein désormais. Il se sentait prêt à affronter n'importe quel hiver. En plus cela faisait des mois qu'il n'avait pas touché à un morceau de saumon. Il aurait pu en pleurer de joie. Il croisa les doigts pour que cela ne soit pas juste un rêve, mais le jeune homme brun à côté de lui avait l'air plutôt réel. Et plutôt triste aussi. Il hésita un long moment puis posa doucement sa main sur son épaule.

"T'en fait pas. les choses vont toujours mieux après une bonne nuit de sommeil."

Celui posa sur lui un regard si intense qu'il en devint dérangeant et il se sentit forcé de détourner les yeux. Puis d'une voix étrangement sérieuse il déclara.

"Si je te paye. Tu viendrai vivre avec moi?"






Chapitre II ♣️ La Dévotion


"Plus que deux jours et on pourra enfin sortir d'ici. Tu te rend compte?"

Akyra s'affala dans son fauteuil, face à la grande baie vitrée qui donnait sur la mer tandis que Masahiro servait le thé en l'observant silencieusement. Tout était calme dans leur immense Manoir à l'architecture lisse et moderne. Les sols, les murs, les meubles, tout étincelait à en faire mal aux yeux. Tout était parfaitement lisse. Parfaitement rangé. Et tout manquait parfaitement d'âme. Tout sauf le garçon dans son fauteuil dont le regard pétillait d'impatience. Masahiro prit une seconde pour le regarder en silence et posa sa tasse de thé sur la table avant d'acquièser.

"Oh ça suffit détend toi! Père n'est pas là. Comment crois-tu que sera Londres?"

Masahiro se détenait et suivit son regard vers l'horizon tandis-que le soleil y descendait lentement. Londres? Bonne question. Il pouvait écrire un plan de Tokyo presque de tête, mais il n'avait jamais songé à partir d'ici un jour. Cela dit il devait admettre que l'idée était séduisante.

"Je suis sur qu'ils ont de la bonne musique."

Akyra rit un moment et lui fit signe de s'asseoir à côté, ce qu'il fit sans broncher. Il devait sans doute ressembler à une sorte de chien bien dressé. Après tout, il avait accepté de servir un inconnu sans rien demander de plus que le gîte et le couvert. A cet époque, avoir un toit était tout ce qu'il voulait...Plus précisément avoir un toit et quelqu'un à qui parler à la place du lourd silence de la nuit. Il n'était rien qu'un enfant perdu et Akyra lui avait tendu la main. Il était loin d'être aussi docile qu'il le laissait paraître, mais la loyauté et le sens du devoir coulaient dans ses veines. En plus de cela, il ne l'avait jamais traité comme un sous fifre, il l'avait laissé s'endurcir et le laissait même l'envoyer sur les roses quand il avait tort. Parfois, il avait presque l'impression qu'ils étaient de la même famille. Jusqu'à ce que Monsieur Takahashi rentre en fin de semaine. C'était l'homme le plus dur et le froid qu'il ai jamais rencontré et l'idée de, ne serait-ce que parler en sa présence , ne lui aurait pas traversé l'esprit. Il avait du mal à croire qu'il pouvait vraiment être le père d"Akyra. Lui qui était si insolent, si vivant et si joueur. C'était le jour et la nuit.

"En parlant de musique, j'tai trouvé un truc en ville pour fêter tes sept années de loyaux services!"

L'imitation de son père dans la fin de la phrase lui arracha un sourire amusé. Il était plutôt doué en imitation. cela dit il était particulièrement curieux de savoir ce qu'il avait pu dénicher, c'était tout à faire son genre de le prendre au dépourvu comme ça. Il fouilla dans son sac et lui tandis un paquet cadeaux avec de jolis nounours roses. Il le regarda avec un air blasé.

"Hors de question que je touche ce machin. Trop de rose, c'est toxique."

Tout en disant cela il récupéra le paquet, trop curieux pour s'empêcher sous le rire moqueur de son ami. Il s'empressa de déchirer le papier sans délicatesse et de le balancer nonchalamment par terre comme le dernier des gamins de banlieue à noël. Le duo faisait étrangement tâche dans le décor. lorsqu'il acheva d'ouvrir la boite en carton en l'arrachant avec les doigts à la brutasse, il en resta bouche bée pendant que Aky souriait joyeusement.

"Alors? Il te plait? J'ai direct pensé à toi quand je l'ai vu, vu que c'est ta couleur préférée je l'ai pris en jaune mais c'est juste parce qu'il n'y avait pas de rose."

Secouant la tête semblant se réveiller il mit une grande taloche dans la tête d'Aky, avant d'éclater de rire devant son air surpris, puis de lui filer une grande accolade en souriant.

"Il est parfait! Mais le jaune c'est TA couleur préféré crétin! Dommage qu'il soit pas rose, j'aurai pu l'offrir à Sally!"

Akyra grogna un bon moment. Il détestait qu'on parle de sa cousine. En même temps c'était difficile de faire plus peste. Mais disons que c'était sa façon de lui exprimer son ravissement. Akyra était incapable de se passer de musique et se baladait toujours avec un casque sur les oreilles. Celui-ci ressemblait beaucoup au sien. C'était un peu comme s'il le reconnaissait comme son égal, même s'il l'avait toujours traité comme ça, cela lui fit chaud au coeur. Il n'aurait pas pu rêver mieux et il sentait que lorsqu'ils seraient à Londres, cela lui serait sans doute utile. Il était vraiment chanceux. Il avait encore du mal à réaliser qu'Akyra avait vraiment réussit à la faire accepter comme étudiant dans une école aussi prestigieuse. Comme répondant à ses pensées il déclara:

" De toute façon je te l'ai dis, pas question que je change de Majordome, école ou pas, alors prend le comme mon pot de vin pour te faire venir!"


Un pot de vin? Comme s'il en avait besoin, il l'aurait suivit même en enfer.





Chapitre III ♣️ La Solitude


"Tu pense qu'elle est dans un club? Il faut que je lui demande ou elle a trouvé son casque, la qualité et sublime! Et puis ses cheveux..."

Masahiro continua d'écouter son ami d'une oreille tandis qu'il s'excitait tout seul. Cela faisait plusieurs mois qu'ils étaient à l'Académie. Jusqu'ici tout s'était bien passé, à son grand étonnement il s'en était bien sorti avec les cours. Il n'était pas un gros bosseur et n'était pas le premier de sa classe mais cela lui convenait très bien, il pouvait passer à peu près inaperçu, rire avec son ami et passer une année tranquille. Il avait un peu du mal à aller vers les autres et il avait sans doute fait peur à l'une de ses camarade de classe en repoussant ses avances mais il n'avait pas fréquenté beaucoup de monde dans sa vie et il n'était vraiment pas à l'aise lorsqu'Akyra n'était pas dans les parages. Lui en revanche n'avait pas eu de problèmes à s'intégrer, bien au contraire, il avait parfois l'impression qu'il connaissait tous les élèves de l'école. Cela dit, c'était la première fois qu'il le voyait dans un tel état.

Il venait tout le temps lui parler d'elle. Elle, c'était l'une des jeune noble de l'école. Une certaine Diane. Diane Laurent. Il ne l'avait pas beaucoup croisée et la connaissait tout juste de vue. C'était une fille intelligente, solitaire et avec des cheveux bleus un peu tape à l'oeil. Ils s'étaient trouvés une passion commune pour l'informatique et avaient passés quelques après midi à discuter avec leurs casques sur les oreilles. Ont aurait dit qu'ils étaient fait l'un pour l'autre et ça n'avait pas loupé. Il était totalement dingue de cette fille. Si bien qu'il avait presque du mal à le reconnaître. Il délaissait ses études, parlait peu aux autres, était toujours dans la lune. Lui trouvait cela à la fois drôle et attendrissant, mais il ne savait vraiment pas quoi lui dire et s'inquiétait tout de même pour lui. Il n'avait même pas remarqué que la cloche venait de sonner...

"Aky...AKY! Secoue toi donc un peu! Tu dois aller en cours là!"

Il du presque le pousser jusqu'à la porte du bâtiment et tout le long du trajet, il ne cessa pas de râler et de parler de sa belle Égérie. Lorsqu'il disparu dans le couloir, Hiro resta là un moment, songeur, le regard dans le vide. C'était étrange de le voir comme ça. De le voir si heureux...si rêveur. Il était content pour lui, bien évidemment. Mais il ressentait également une certaine angoisse. Il ne savait rien de cette fille...peut-être n'était-elle pas du tout digne de confiance? Il ne voulait pas le voir souffrir. C'était hors de question. Il s'était juré de toujours s'assurer personnellement que personne ne lui ferai de mal. Mais sa véritable peur était plus profonde. Et s'il partait? Et qu'il se retrouvait à nouveau avec elle...

Car au fond, c'était elle. Sa seule amante. Cette amante qu'il craignait plus que tout et qui était pourtant si chaude et rassurante. Celle qui l'accompagnerai jusque dans la mort. La solitude.

Et alors qu'Akyra s'éloignait en sifflotant le nom de Diane, Elle, resserrait ses griffes sur son coeur. 







Chapitre IV ♣️ Le Sommeil


Il était concentré, appliqué et faisait glisser son crayon sur le papier si précipitamment qu'il en froissa la feuille. Son regard avait quelque chose d'un peu fou, d'affolé. Lui le regardait avec une étrange sensation nouant sa gorge. Un pressentiment désagréable...Les minutes qu'il mit pour finir son esquisse lui semblèrent interminables et lorsqu'enfin il reposa son crayon, le regard plein de crainte et d'attente de réconfort qu'Akyra posa sur lui fit peser sur ses épaules une pression presque palpable. Prenant un longue inspiration, il laisse glisser son regard sur les traits francs et directs de l'esquisse.

Il y avait là une foule de gens qui semblait s'en aller, tournant le dos à leur dessinateur. Le réalisme, malgré la simplicité du dessin était proprement saisissant et il ressentait un certain malaise en l'observant. Quelque chose clochait dans celui-ci. Peut-être était-ce du à l'absence de visage de ces hommes? A la légère contre plongée du dessin? Ou bien peut-être à cause de leurs regards fixés sur une chose que l'on ne pouvait pas voir. Il n'avait pas la moindre idée de la façon dont cela pouvait être interprété. Il leva brièvement le regard vers Akyra. Et le rebaissa aussitôt. Cela faisait plusieurs mois maintenant que sa santé se dégradait, lentement, mais surement. Allait t'il perdre l'esprit désormais? Cette idée lui glaça le sang. Il se sentait si démuni.

"C'est assez angoissant comme dessin oui...Mais tu sais, ce n'est qu'un cauchemars. Veux-tu que je t'amène quelque chose à boire? ça te détendra le temps qu'il te laisse tranquille."

"Non! Non! Tu ne comprend pas...C'est plus que ça...Je SAIS que c'est plus que ça. Dis moi que tu me crois!"

Secouant vivement la tête, il pressa ses mains contre ses oreilles dans un geste désespéré avant de le prendre par les épaules et de plonger son regard pourpre dans le sien, le laissant désemparé. Il y avait tant d'incompréhension et de sincérité, d'espoir dans ce regard...Qu'il aurait presque eut envie de le croire. Mais tout cela n'avait pas le moindre sens... Ils se fixèrent un long moment et quelque chose dans ses yeux dut le trahir, car quelques secondes plus tard, l'espoir fit  place à la déception et et la peine dans ses yeux. La culpabilité lui empoigna violemment les tripes.

"Alors même toi...Même toi tu ne me crois pas...Personne ne me croira alors...Hiro...Tu pense vraiment que je perd la tête?"

La peur et la fragilité de sa voix lui donnèrent envie de frapper dans un mur. Qu'est ce qu'il pouvait être stupide parfois. Pourquoi n'avait-il pas pu simplement lui mentir? Question idiote...ils se connaissaient bien trop. Il l'aurait immédiatement compris et les choses n'en aurait été que plus difficiles. Mais il n'avait pas la moindre idée de quoi dire, de quoi faire pour l'aider. Ce garçon était comme un frère pour lui et il était cloué au lit, avec ses démons, seul. Il s'était pourtant promis de ne jamais le laisser seul. Il ne savait pas quoi faire. Qu'aurait-il fait à sa place? Lui qui était toujours si chaleureux, si plein d'espoir, si réconfortant? Hésitant un instant, il s'approcha de lui et le serra brièvement dans ses bras, lui donnant une claque dans le dos.

"Qu'est ce que tu raconte? Reprend toi mon vieux. C'est pas le moment de flancher. T'es bientôt au bout. Tu te rappel pourquoi on est là? Tu dois encore montrer à ton père qu'il y a des moyens de gagner sans marcher sur les autres. Et puis qu'est ce que bleuette dirait si elle te voyait comme ça sérieusement. C'est juste une mauvaise passe, t'as vu pire que ça."

Un sourire étira les lèvres de son ami qui hocha la tête en riant un peu.

"T'as bien raison. ça lui ferait trop plaisir. Et puis j'avais promis à Diane de l'emmener à Paris un jour. Alors si tu peux m'filer les cours de Littérature? Il y a une interro demain et j'dois assurer."

Il hocha la tête, soulagé et s'éloigna, posant au passage le dessin sur la commode. Il s'arrêta pour le fixer un bref instant, avant de se diriger vers l'étagère. Etrange...il aurait juré qu'il n'y avait pas de femme sur le dessin tout à l'heure...







• As I am •


‹ Physique ›





Masahiro n'est pas très grand, haut d'à peine 1m67, il semble pourtant plus grand, sans doute à cause de sa silhouette assez fine et élancée. Il se tient toujours droit et dégage une aura de calme, ainsi qu'un certain raffinement. Même s'il semble un peu maigrichon, son dos et ses bras sont finement musclés par l'exercice et ses jambes habituées à le porter pendant des heures sans repos. Assez doué dans les cours de self défense, son corps est également très souple et il peut faire preuve d'une grande agilité.

Ses cheveux, d'un brun foncé, presque noir jusqu'à l'année précédente, sont aujourd'hui totalement décolorés et d'un blanc- neige assez étrange au premier coup d'oeil. Tombant jusqu'à ses épaules, ils sont presque toujours relevés et attachés avec un ruban noir. Ils font ressortir avec une rare intensité ses prunelles d'une couleur profonde et étrange oscillant entre le rose foncé et le pourpre. Son regard est perçant, obsédant et laisse rarement passer le moindre détail. Il porte également un tatouage de la même couleur sous l'oeil droit, même si certain prétendent qu'il s'agit simplement de maquillage. Sa peau est d'un blanc presque aussi clair que celui de ses cheveux, lui conférant un air à la fois élégant et fragile.

Lorsqu'il est libre de porter ce qu'il veut, son style vestimentaire peut paraître un peu décalé. Il aime les pulls à cols, les gilets longs et souples, son favori est ouvert au niveau des côtes et laisse apparaître un débardeur noir. Etant plutôt frileux, il n'aime pas les vêtements trop légers et préférera un vêtement long et pratique, avec plusieurs poches, qu'une tenue riche mais inconfortable. Néanmoins, il est très à cheval sur l'hygiène et garde toujours une paire de gants sur lui. Il a un air un peu désinvolte, absent et son style vestimentaire reflète bien le peu d'importance qu'il accorde au regard des autres lorsqu'il n'est pas en service. Il aime également porter des bottes qui lui remontent jusqu'aux genoux, plutôt que de se prendre les pieds dans tout ce qui passe, celles-ci lui permettant de marcher autant qu'il le veut sans encombre et lui évitant de perdre le temps avec des lacets inutiles. Il aime également beaucoup porter son casque jaune et noir et il est rare de le croiser sans ce dernier pendant les heures de temps libre. En revanche, lorsqu'il se met au travail, sa tenue est toujours impeccable et appropriée, jamais un pli de travers, tout est toujours étudié au millimètre près.

A part son casque, Masahiro n'a pas vraiment de particularité ni d'objet personnel, il déteste les accessoires et les cadeaux de façon générale. Presque aucune de ses affairs n'est vraiment à lui. La seule chose qui lui appartienne encore est Murmure, sa jument, une belle Mustang à la robe pie baie qu'il va visiter à l'écurie dès qu'il en a l'occasion. 




‹ Caractère›




Ici vous pouvez décrire le caractère de votre personnage, ses qualités, ses défauts, ses petites habitudes et manies, sa façon d'être avec les autres ... en un minimun de 10 lignes.






• Behind the screen •


‹ Nom/Pseudo ›




Bonjour/Bonsoir ! Je me nomme Mimya j'ai 19 ans et toutes mes dents :3.

Je suis de sexe inconnu qui a découvert Deep Dreamers grâce à mon double compte! x).

Je me suis inscrite parce que J'adore rp et je trouve que le forum est merveilleuuux ♪.

Je m'engage à être sur le forum 6/7jrs et je certifie avoir lu le règlement car je connais même le code que voici: OK by Thalia.

Un petit mot pour la fin ?  Je vous aiiime!  MagicSheep 




[/justify]


Dernière édition par Masahiro Saitô le Mer 16 Juil - 1:28, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




PROFILMessages : 50
Date d'inscription : 26/06/2014
Localisation : Corée
RPG
Feuille de personnage
Classe: Duc
Clubs rejoints : Tir à l'Arc/Equitation
Age: 19 Ans

MessageSujet: Re: Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.   Lun 7 Juil - 9:45

packman 

Hâte que tu finisses ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




PROFILMessages : 48
Date d'inscription : 15/06/2014
Age : 21
Localisation : Quelque part ~
RPG
Feuille de personnage
Classe: Noble
Clubs rejoints : Musique
Age: 17ans

MessageSujet: Re: Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.   Mar 8 Juil - 11:16

Re-Bienvenue à toi Konoha !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Masahiro Saitô ♣ Le murmure du vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le murmure du vent, le soupir des feuilles, et le chant des oiseaux. [Solo]
» Murmure du Vent ─ Wild forever. ♫
» Le murmure du vent [PV Eden]
» Ses sanglots n’étaient qu’un murmure étouffé par le vent
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academy Deep Dreamers :: Register & More Informations :: Registre des Membres-
RUMEURS




Visiblement, un petit malin s'est amusé à détruire l'un des tuyaux de canalisation du bâtiment Dreamers. Ce matin, dans la moitié des chambres du troisième étage, les étudiants ont eut la bonne surprise de ne pas trouver d'eau dans leur douche. Celles de la piscine sont également HS. Il va falloir se débrouiller autrement en attendant que la plomberie soit reparée!
______________


Des rumeurs prétendent que Ludwig von Leuchtenberg aurait été nommé Capitaine du nouveau Club d'Escrime.

______________


Un beau Pur-Sang a rejoint l'Écurie de l'Académie, à qui peut-il bien appartenir?

______________


Une magnifique demoiselle à passé les portes de l'Académie! Il se pourrait même qu'elle soit Capitaine du Club de Danse.

______________


Des rumeurs prétedent que le fantôme d'un ancien élève décédé errerait dans l'ancienne Eglise du parc. Mythe réalité? Oserez vous vérifier?


En savoir plus?